Billets libellés ensemble démocratie environnement

Tract 1 du 21.02.2020

 

 

ENSEMBLE DEMOCRATIE ENVIRONNEMENT

 

Elections municipales des 15 et 22 mars 2020

 

Le ressenti de l’opposition durant le mandat écoulé

 

Chères électrices, chers électeurs, il y a six ans vous avez été près de la moitié de la population à nous faire confiance (47.5 % des votants). Nous vous en remercions.

 

Le nouveau système électoral de 2014, peu démocratique et toujours en vigueur, nous avait alors donné 4 sièges de conseillers de l’opposition sur 19, malgré ce résultat honorable.

 

Durant notre campagne de 2014, nous nous étions engagés, en cas de défaite, à être des opposants constructifs au sein du conseil municipal et à ne rechercher que l’intérêt collectif des habitants de Saint Paulien.

Nous l’avons fait.

Cela a été plusieurs fois publiquement reconnu par l’équipe en place durant tout ce mandat.

 

Quelle est notre vision d’une opposition constructive ?

 

La très grande majorité des sujets débattus au conseil municipal concerne des affaires courantes qui ne donnent pas sujet à discussions autres que techniques, si l’on souhaite rester constructif. Nous n’avons jamais pratiqué une opposition de principe, juste pour montrer que nous n’appartenons pas au même « camp ».

Au contraire, dans les débats, nous sommes restés vigilants et nous n’avons recherché que l’intérêt collectif des habitants.

 

Car le rôle essentiel d’une opposition constructive intervient au niveau des débats, pas au niveau des votes. En effet que pèse le vote de 4 conseillers sur 19 ?

 

Ce qui importe c’est de faire entendre nos arguments jusqu’à une proposition de vote qui les aura pris en compte, afin que nous puissions la voter.

L’équipe en place reconnaît que notre comportement a été constructif et de notre côté nous reconnaissons que nous avons été généralement écoutés (à l’exception des votes relatifs à notre entrée dans l’agglomération du Puy).

 

Se faire entendre n’a pas toujours été facile et les débats ont parfois été animés, que ce soit:

 

  • au niveau des tentatives de suppression de places de parking
  • au niveau des directions à prendre dans l’élaboration de la stratégie de sauvetage des chalets:
    • vigilance en 2015 sur le niveau de l’engagement de cautionnement municipal pour un emprunt privé de 2 millions d’euros, surtout tant que la commune, au départ totalement étrangère à ce projet, n’avait pas repris la main sur le plan décisionnel en devenant partenaire du projet.
    • vigilance en 2018 à l’occasion de la signature de la convention avec SOGEVAL qui nous engageait pour 20 ans
  • vigilance dans le cadre de nos relations avec l’agglomération du Puy, lorsqu’en 2019, Denis Eymard en tant que maire, regrettant l’état des relations entre «l’agglo» et la commune, sentant l’intérêt touristique de St Paulien menacé au niveau du devenir de la piscine d’été (qui appartient désormais à l’agglomération du Puy), a confié à l’opposition l’analyse critique de ce dossier.

 

Certaines de nos promesses de campagne ont même inspiré l’équipe en place, comme la consultation des habitants du Lac et la mise à disposition d’une salle pour les jeunes avec l’intervention d’un animateur pour ado du centre aéré ; pour l’animateur nous mènerons à terme ce projet en cas de victoire.

 

Comme nous nous y étions engagés, nous avons assumé notre part de travail au sein du conseil, participé aux commissions, et apporté notre « pierre » à la réalisation des projets présentés sur le bilan de l’équipe majoritaire.

Que se serait-il passé si nous n’avions pas été entendus au sein du conseil ?

 

Déjà en 2014 deux visions de la démocratie se sont affrontées :

  • celle de Laurent Duplomb annonçant clairement sur son dernier tract son attachement à la démocratie représentative (pas de consultations des électeurs en dehors des élections)
  • celle de l’opposition, attachée aux valeurs de la démocratie participative, s’engageant à consulter la population en cas de projets contraignants, comme l’avait fait Denis Eymard en 2001 pour le projet Nottenkämper.

 

En cas de profonde division sur la notion d’intérêt collectif, 4 conseillers sur 19 ne peuvent qu’essayer de convaincre l’équipe en place des risques encourus. Et en cas d’échec à convaincre, nous aurions alerté au plus vite la population pour qu’elle s’exprime.

Heureusement ce cas ne s’est pas présenté durant ces 6 années.  Ceci à la différence du mandat précédent où il n’y avait pas d’opposition et où plusieurs projets ne faisant pas l’unanimité, avaient été entérinés par le conseil. Cela avait engendré deux années de troubles à Saint Paulien, jusqu’à l’abandon des projets suite à une forte mobilisation  des concitoyens concernés.

 

Ce dernier mandat, avec présence d’une opposition, a donc été calme.

 

Alors oui, l’opposition a été écoutée, les choses se sont globalement bien passées durant ce mandat. Comme l’a écrit Laurent Duplomb, au niveau des votes, l’opposition n’a généralement pas eu à s’opposer durant ces 6 années. Mais elle a dû le faire au niveau des débats.

En cas de victoire, nous espérons le même comportement de la part de l’équipe adverse.

Nous aurons l’occasion, durant cette campagne, de revenir sur ce qui nous oppose encore.

 

Pourquoi nous ne partageons pas le choix de notre ancienne tête de liste de rejoindre l’équipe en place ?

 

Le fait d’avoir généralement été écoutés au sein du conseil a conduit notre ancienne tête de liste, Philippe Carme, à faire le choix, à l’insu de ses colistiers (!!!???), de rejoindre l’équipe majoritaire engageant avec lui les conseillers d’opposition malgré eux.

 

Combien de fois avons-nous entendu dans la bouche de certains conseillers de l’équipe en place, souvent en aparté : « je suis d’accord avec toi mais je ne peux pas m’opposer à la décision collective de ma liste… » ?

 

Accepter de rejoindre une liste opposée à la démocratie participative c’est renoncer, au sein de cette liste, au droit légitime de s’opposer chaque fois que notre conscience nous le dicte.

Nous en voulons pour preuve les paroles prononcées par Denis Eymard dans son discours de réélection de maire le 02.11.2017  lorsqu’il a renoncé à proposer la place d’adjoint qu’il avait promise à Philippe Carme :

« Demain, prenons un exemple, s’il y a de nouveau, sur la zone de Nolhac (ou de la croix de la Dame) un projet qui déplaît, je ne veux pas qu’un de mes adjoints suive l’avis des gens qui l’ont élu au détriment de la liste qui est en place, qui est la nôtre… »

Cette place était donc proposée à Philippe Carme sous la condition exclusive de renoncer au respect de ses électeurs et aux convictions qu’il affichait alors.

En 2017 il avait refusé, aujourd’hui il a, semble-t-il, accepté ce fonctionnement. Nous ne le suivrons pas dans cette démarche. Nous voulons continuer à pouvoir légitimement nous opposer si nous le jugeons nécessaire.

 

Rejoindre une liste opposée à la démocratie participative c’est renoncer, par fidélité à son équipe, au devoir d’information de la population en cas de désaccord profond sur un projet contraignant.

 

Nous sommes pour la démocratie participative et nous le resterons.

Voter pour ENSEMBLE DEMOCRATIE ENVIRONNEMENT c’est l’assurance d’être écouté.

 

Dans nos prochains tracts : présentation détaillée de notre liste et de notre programme. Consultez notre site et notre page Facebook 

www.stpaulien-ensemble-democratie-environnement.fr  et : Saint Paulien, Ensemble, Démocratie, Environnement

                                                                imprimé par nos soins sur papier recyclé, ne pas jeter sur la voie publique      

Inscription – Connexion

lien facebook

Statistiques

Actuellement en ligne: 1
NombreTotal de visites: 80670